Blogger Template by Blogcrowds

samedi 28 août 2010

ROCK EN SEINE (FESTIVAL) ~ Domaine N. ST Cloud. Paris.

 
 









JOUR 2
8ème Edition
 
 
 




Ce qu’en a pensé Gilles B. :

« Cette fois, je décide d’avancer notre horaire de départ, car le premier concert que je désire voir est programmé pour 15 h. C’est donc toujours en compagnie de Vincent que me revoilà en route pour St Cloud. Une fois de plus, le temps est incertain, et nous ne sommes pas à l’abri d’averses passagères. Cette fois, je suis au début du parking, et le temps d’arriver à l’entrée du site, il est juste de 14h, l’heure d’ouverture des portes. Les formalités sont en encore plus simples qu’hier, il suffit de montrer notre bracelet et d’ouvrir nos sacs pour un coup d’œil sommaire.

Dès que nous sommes sur place, je quitte une nouvelle fois Vincent qui va directement se placer sur la grande scène. Quant à moi, mon programme est prêt, c’est avec Chew Lips sur la scène de la Cascade que je vais commencer cette journée. Michael est déjà sur place, et je suis rejoint un peu plus tard par JP. 15 heures : le trio fait son apparition, et même pour ceux qui ne connaissent pas, on se doute que leur musique sera à base d’électro, vu les deux claviers qui entourent le micro laissé libre pour la chanteuse du groupe. Autant l’avouer tout de suite, ce concert sera plutôt une déception : une musique aseptisée malgré la jolie blondinette en short qui focalise plus ou moins tous les regards. Et même si certains passages seront plus rock, avec l’abandon des deux synthés pour une classique formation avec basse et guitare, la mayonnaise ne prendra pas. Bien évidemment, le concert a débuté par une averse mais heureusement elle sera de courte durée. Exit Chew Lips, après 35 minutes de concert…

Que faire maintenant ? Plan B ? Pas pour moi, désolé… Je décide donc d’aller me promener dans le parc et d’aller boire un coup. Je reviens sur les devants de la cascade cette fois par le côté gauche pour assister aux trois derniers morceaux de Plan B, un mélange de Rap, de Hip Hop, de Soul, de R’n’B, bref une mixture pas vraiment à mon goût !

Me voilà de nouveau au premier rang, au côté de Michael, mais les filles m’ont gardé une petite place presque plein centre, et je m’empresse de les rejoindre, car cela va être au tour des Two Door Cinema Club de faire leur apparition. Je dois bien avouer que je suis d’un avis assez contraire à tout ce que je lis au sujet du groupe et surtout de son album (que je possède bien sûr). On les compare à Franz Ferdinand ??? Désolé, mais il y a beaucoup de boulot à faire pour y parvenir… Quant à leur album, hormis 1 ou 2 morceaux, il n’y a pas de quoi sauter au plafond. Eh bien, autant le dire tout de suite, les TDCC ont été grands ce soir. Grands mais surtout très simples et lumineux. Dès les premières notes, j’ai pensé à un autre groupe qui m’avait fait le même effet dans un registre toutefois un peu plus rock : les Maccabees. Et pour la première fois, il va falloir que je me cramponne à la barrière, car la foule a répondu « présent », et ce avec beaucoup d’enthousiasme. Autant le disque ne m’avais pas enthousiasmé, autant ce soir je n’ai pas reconnu du tout ce que j’avais entendu auparavant. Je m’attendais à de l’approximation, et au contraire j’ai trouvé un groupe appliqué qui a su en live donner de l’émotion à leur musique, et surtout nous a donné l’envie folle de danser et de sauter à l’unisson comme des petits pois… Bref, un concert comme on les aime, et ce ne sera pas Cécile et Alice qui me contrediront. De Cigarettes In the Theatre à I Can’t Talk, tout fut parfait simplement. Allez, je vais remettre la palme du meilleur concert de la journée à Two Door Cinema Club.

Que faire maintenant,  si ce n’est une fois de plus nous balader au travers des stands, boire un autre coup, et retrouver par la même occasion Sabine ? C’est d’ailleurs l’une des choses que j’aime bien à Rock en Seine, on arrive à se retrouver parmi 35.000 personnes, parfois avec l’aide du téléphone, mais souvent au hasard des concerts, ou plutôt des fins de concerts, quand les gens migrent d’une scène à l’autre.

On se dirige tout doucement vers la grande scène, où Paolo Nutini finit son set, je ne connais pas bien cet artiste, même si on lit son nom assez souvent. De loin, il semble beau gosse, musicalement cela à l’air assez rock, mais ce n’est pas le temps de deux ou trois morceaux que je pourrai me forger une opinion.

Déjà beaucoup de monde sur place, et bien que ce soit mon quatrième Rock en Seine, j’ai rarement vu autant de gens à cette heure de l’après midi. Devant nous, une bande de jeunes à l’air hilare sort un pétard monstrueux, et comme si cela ne suffisait pas, ils sortent leur deuxième arme secrète : du Ricard planqué dans un tube de compote ou un truc comme ça. Pour eux, le concert sera joyeux sans aucun doute ! La situation empire maintenant : alors que devant la grande scène, c’est déjà noir de monde, il nous reste une heure à attendre pour LE gros morceau de la journée, les Queens Of The Stone Age qui viennent faire une pige, alors qu’aucun album n’est sorti, et que le groupe est en période de transition entre deux disques… Et secrètement, j’espère que Josh Homme va nous surprendre en jouant - pourquoi pas ? - quelques morceaux plus obscurs du groupe.

La grande scène est donc bondée lorsque QOTSA arrive sur scène. Il est pile 20h, et c’est parti pour un set d’un peu plus d’une heure. Avec JP, on se trouve un peu en surplomb sur la droite de la scène, à une trentaine de mètres environ. Première déception, le son n’est pas du tout à la hauteur, avec la guitare de Josh trop en arrière. Mais une fois oublié cet inconvénient, on est vite plongé dans la folie furieuse des QOTSA : en guise de d’apéritif, on a droit à un retour en arrière avec les deux morceaux jouissifs que sont Feel Good Hit Of The Summer et The Last Art Of Keeping A Secret (l’album « Rated R » vient d’ailleurs d’être réédité dans une « Deluxe Edition » que je vous conseille). Puis on enchaîne avec trois brûlots de « Era Vulgaris », avant qu’enfin une chanson qu’ils n’avaient pas jouée depuis un moment fasse son apparition, il s’agit de Monsters In The Parasol. Sur scène, Josh Homme semble un peu moins bavard qu’à son habitude, de son côté Michael Schuman arbore une coupe de cheveux beaucoup plus courte, quant à Joey Castillo, eh bien il frappe toujours comme un sourd ! Vient maintenant la période « Lullabies To Paralyse », avec en point d’orgue Burn The Witch et Little Sister, deux morceaux qui sont désormais des hymnes du groupe, et que beaucoup de gens reconnaissent, parfois plus d’ailleurs que des morceaux provenant de « Rated R »… Et puis l’apocalypse finale, avec un enchainement fantastique Go With The Flow – No One Knows – A Song For The Dead. La messe est dite, QOTSA est grand. Un concert assez traditionnel au final, avec 3 morceaux de « Rated R », quatre de « Songs For The Deaf », trois de « Lullabies » et trois de « Era Vulgaris », un Best Of en somme. Ne manquent hélas que des morceaux du premier album, pour lequel j’ai tout de même un faible. Donc, une belle prestation de QOTSA… mais je préfère les voir en salle de toute manière.

Nous avons juste 10 minutes pour pouvoir assister au début du set de LCD Soundsystem et ne pas rater leur entrée sur scène. Il nous en faudra quelques unes de plus pour arriver à rejoindre la Scène de la Cascade entouré de milliers de festivaliers faisant le même chemin que nous. Je me place sur la gauche, bien évidemment je ne suis pas devant, mais je vais pouvoir tout de même apprécier le spectacle. Car qui dit LCD Soundsystem dit dance. Et je me suis mis tout de suite à danser dans mon coin, imité en cela par d’autres festivaliers eux aussi séduits par la musique du groupe de James Murphy. Beau set là aussi, mais une fois de plus, je préfère de loin les voir en salle.

Pour nous, la soirée se termine, on décide d’aller boire un jus de fruits frais à proximité de la Scène de l’Industrie d’où s’échappent des sons de guitares acérés, c’est Jello Biaffra qui fait la fermeture sur cette scène, et pour ma part je quitte le site en écoutant avec un peu de nostalgie Holiday In Cambodia, tout en ne regrettant pas mon absence du devant la scène. « Too old to play punk rock… », c’est ce qui me vient à l’esprit. Gardons simplement intacts nos souvenirs de cette époque, car rares sont les groupes ou artistes survivants qui ne dégagent pas une certaine forme de ridicule en continuant ainsi, plus de trente ans après.

En conclusion, je dirais que cette journée était bonne, avec pour ma part une préférence pour la prestation de Two Door Cinema Club, surtout parce que je ne les avais jamais vus et qu’ils m’ont séduit et convaincu en live. »





Chew Lips, le plus souvent typographié CHEW LiPS, est un trio musical d'electropop et dance-pop originaire de la banlieue Est de Londres et dont la formation remonte à 2008.

 (http://www.myspace.com/chewlips)


Two Door Cinema Club (parfois écrit "2 Door Cinema Club" ou "TDCC") est un groupe electropop et indie rock originaire d'Irlande du Nord et dont la formation remonte à 2007.

(http://www.myspace.com/twodoorcinemaclub)



Queens of the Stone Age est un groupe de rock américain fondé en 1996 à Palm Desert, en Californie, après la dissolution du groupe Kyuss. Parfois classé stoner rock ou hard rock, Queens of the Stone Age est le groupe de Josh Homme, seul membre fondateur restant du groupe.

(http://www.myspace.com/queensofthestoneage)
 

LCD Soundsystem est le projet solo du producteur James Murphy, co-fondateur du label dance-punk DFA Records. La musique de LCD Soundsystem peut être décrite comme un mélange de dance music et de punk rock avec des éléments de disco et d'autres styles.


(http://www.myspace.com/lcdsoundsystem)
  


 Unicorn - 2010


2010 : Tourist History



•    Queens of the Stone Age (1998)
    •    Rated R (2000)
    •    Songs for the Deaf (2002)
    •    Lullabies to Paralyze (2005)
    •    Era Vulgaris (2007)
 

 
 2005 : LCD Soundsystem
2006 : Introns
2007 : Sound Of Silver
2010 : This Is Happening

 





 •    Tigs - Chanteuse principale
    •    Will Sanderson - Multi-instruments
    •    James Watkins - Multi-instruments








 
 
 







 •    Alex Trimble - Chanteur principal, guitare électrique, synthétiseur, Beats
    •    Kevin Baird - Basse, chanteur
    •    Sam Halliday - Guitare électrique, chanteur


 






Josh Homme – Guitar / Voice
Michael Schuman – Bass
Dean Fertita – Keyboards
Joe Castillo – Drums
Troy Van Leeuwen - Vocals/Guitar/Keyboard/Lap Steel












James Murphy: Vocal
+ band


La Setlist du Concert
CHEW LiPS

 Non Disponible

La durée du concert : 00h30


La Setlist du Concert
TWO DOOR CINEMA CLUB

     1.    Cigarettes In The Theatre (Tourist History - 2010)
    2.    Undercover Martyn (Tourist History - 2010)
    3.    Do You Want It All? (Tourist History - 2010)
    4.    Something Good Can Work (Tourist History - 2010)
    5.    This Is The Life (Tourist History - 2010)
    6.    Costume Party (B Side  - 2010)
    7.    You're Not Stubborn (Tourist History - 2010)
    8.    What You Know (Tourist History - 2010)
    9.    Eat That Up, It's Good For You (Tourist History - 2010)
    10.    Come Back Home (Tourist History - 2010)
    11.    I Can Talk (Tourist History - 2010)
 
La durée du concert : 00h35

 
La Setlist du Concert
QUEENS OF THE STONE AGE

1.  Feel Good Hit of the Summer (Rated R - 2000)
2.  The Lost Art of Keeping a Secret (Rated R - 2000)
3.  3's & 7's (Era Vulgaris – 2007)
4.  Sick, Sick, Sick (Era Vulgaris – 2007)
5.  Misfit Love (Era Vulgaris – 2007)
6.  Monsters in the Parasol (Rated R - 2000)
7.  Burn the Witch (Lullabies To Paralyze- 2005)
8.  Long Slow Goodbye (Lullabies To Paralyze- 2005)
9.  Little Sister (Lullabies To Paralyze- 2005)
10.  I Think I Lost My Headache (Rated R - 2000)
11.  Go With the Flow (Song for the Deaf - 2002)
12.  No One Knows (Song for the Deaf - 2002)
13;  A Song for the Dead (Song for the Deaf - 2002)


La durée du concert : 01h02


 
La Setlist du Concert
LCD SOUNDSYSTEM

Us v Them (Sound Of Silver - 2007)
Drunk Girls (This Is Happening - 2010)
Get Innocuous! (Sound Of Silver - 2007)
Daft Punk Is Playing At My House (LCD Soundsystem - 2005)
All My Friends (Sound Of Silver - 2007)
I Can Change (This Is Happening - 2010)
Tribulations (Introns - 2006)
Movement (LCD Soundsystem - 2005)
Yeah (LCD Soundsystem Early Singles - 2005)
New York, I Love You But You're Bringing Me Down (Sound Of Silver - 2007)
Empire State of Mind (Jay-Z Cover)



La durée du concert : 01h00

AFFICHE / PROMO / FLYER










 
 

 
 

 







 

Aucun commentaire: