Blogger Template by Blogcrowds

samedi 28 août 2010

ROCK EN SEINE (FESTIVAL) ~ Domaine N. ST Cloud. Paris.

 
 
 






 JOUR 2
8ème Edition





Ce qu’en a pensé Emilie :
« En route pour le deuxième jour de mon pèlerinage annuel à Saint-Cloud (bon, j’en fais un peu trop, ce n’est que ma troisième année, et la première fois que je fais le week-end entier). Bien que vaguement intéressée par la performance des Stereophonics que je connais un peu, je doute de ma capacité physique à tenir sur le devant de la grande scène autant de temps, et j’arrive sur le site vers 17h30. J’obtiens mon premier rang, enfin un peu en retrait, à gauche, devant l’écran géant, car juste devant la scène c’est déjà bien rempli, et de toute façon pour être tout à fait honnête, je crains un peu la horde de fans de QOTSA dont je suis pourtant censée faire partie.

Une petite demi-heure plus tard, je me prépare psychologiquement à affronter le set de Paolo Nutini. Si au départ, je maudissais les organisateurs de Rock en Seine de ne pas avoir inversé sa performance avec celle des Gallois, je dois reconnaître que l’ensemble n’était pas désagréable. Je m’attendais à du James Blunt, j’ai eu de la pop festive, emmenée par un chanteur qui, bien que tout jeune et visiblement passablement défoncé, a quand même un sacré brin de voix. En plus il s’agite et s’amuse, nous fait de l’air guitar, prendra par la suite une vraie guitare dont il ne joue pas très bien, mais la troupe de musiciens compense… et je passe somme toute un bon moment, même si je ne me précipiterai pas pour aller le revoir ailleurs. La reprise de Time To Pretend, annoncée par Paolo, puis reportée un peu plus tard parce qu’apparemment il s’est mélangé dans la setlist (c’était bien amusant : « on va jouer une cover de MGMT… mais bon, pas tout de suite ! ») était plutôt cool.

Ensuite l’attente est longue avant LE groupe du jour pour moi qui ne porte qu’un intérêt mitigé au trip hop de Massive Attack, j’ai nommé Queens Of The Stone Age, QOTSA pour les intimes, groupe emmené par le charismatique Josh Homme qui monte sur scène comme à l’accoutumée la clope au bec et un air de branleur comme pas permis, qui s’atténue quand même un peu quand il nous bafouille un « Bonjour comment ça va ? » en français. Quand j’ai découvert les Queens, Josh représentait pour moi le comble de la coolitude. Cinq ans plus tard, et avec un peu plus de plomb dans la cervelle, cette façon qu’il a de s’y croire à fond m’énerve un peu par moments (je suis persuadée par exemple qu’il a balancé son mégot par terre pile poil quand l’écran géant le filmait), mais comme ça colle parfaitement au stoner rock exécuté par le groupe, je lui pardonne toujours tout. QOTSA en live, c’est un rouleau compresseur, même avec une seule petite heure de performance. Feel Good Hit Of The Summer ouvre le bal, et tout le public reprend en chœur ce désormais célèbre inventaire de drogues. Honneur peut-être dû à sa récente réédition, l’album « Rated R » sera d’ailleurs le plus représenté ce soir-là, avec quatre titres que je considère (ce n’est qu’un avis personnel), comme les meilleurs du set. I Think I Lost My Headache, que je n’avais pas eue au Zénith en 2008 (seul concert du groupe auquel j’avais assisté jusqu’à présent) était un vrai moment de bonheur. Le reste de la setlist pioche dans tous les albums sauf le premier, ce qu’on n’aura pas vraiment le temps de regretter tellement ça passe vite. Je trouve les morceaux de « Era Vulgaris » un poil plus faibles en live, mais l’ensemble se tient magnifiquement jusqu’à un final d’anthologie sur No One Knows (« a song that everyone knows », nous annonce Josh) puis A Song For The Dead qui ne pâtit guère de l’absence de Mark Lanegan, avec un Joey Castillo déchaîné aux fûts. Une fin classique donc, mais efficace. Troy Van Leeuwen (mon Dieu que ce mec a la classe, voilà ça c’est dit, il fallait que ça sorte), Dean Fertita et Michael Shuman complètent un line-up qui ne bouge plus guère, le retour de Nick Oliveri à la basse, un temps annoncé, n’ayant finalement pas eu lieu. Même si ça paraîtra un sacrilège pour certains, je n’en souffre pas vraiment puisqu’il avait déjà quitté le groupe lorsque je les ai connus, même si j’aurais été curieuse de le voir en live. Mais pour moi la prestation est parfaite telle quelle, avec cerise sur le gâteau un Long Slow Goodbye très touchant, que j’aurais bien vu en fin de set pour ma part. Bon pas de rappel ça c’est bien frustrant, mais sinon impeccable. Personnellement, j’irais bien les voir toutes les semaines.

Après  ça je suis bien crevée, et je me tâte pour rentrer, mais j’ai bien envie de voir ce que donne l’ex Dead Kennedys Jello Biafra en live, alors je m’écroule dans l’herbe à proximité de la petite scène, et je patiente seule bon gré mal gré, car Cécile et toute la troupe sont à LCD Soundsystem, que j’entends de loin sur la scène de la Cascade et qui me paraît (je m’excuse d’avance) absolument horrible ! Surtout la reprise de Empire State of Mind de Jay-Z. Je précise quand même qu’à la base je ne connais pas le groupe, et que c’est bien la chanson de Jay-Z que je déteste. Alors assise dans l’herbe à plusieurs centaines de mètres de la scène et avec un a priori négatif, difficile de porter un jugement.

La scène de l’Industrie est quasi déserte, et j’aurais pu me placer au premier rang sans problème, mais je crains les pogos et ne me lève que quand LCD s’achève, et que le public rapplique, obtenant une place correcte juste en face de ce trublion de Biafra… mais une place que je regretterai au fur et à mesure que je prendrai conscience de quel putain de show c’est, qui sincèrement égalait QOTSA dans un genre très différent, et aussi parce que les membres de QOTSA (sauf Troy je crois) sont en backstage, ce que je n’apprendrai qu’après, mais qu’un premier rang m’aurait permis de remarquer. Enfin pour l’instant je ne sais pas encore que j’ai un point commun avec les Queens, je sais juste qu’il faut que je me lance dans la discographie des DK, et que le punk de mon adolescence, que je commençais à renier un peu, eh bah c’est excellent ! S’il n’y a pas de bons gros pogos comme je l’aurais pensé, la faute probablement à un public clairsemé (concurrence de Massive Attack au même horaire sur la grande scène, est-ce une forme de censure au vu du discours politique ultra engagé de Biafra entre chaque morceau ?) et à la moyenne d’âge assez élevée. La foule deviendra quand même plus dense au fur et à mesure d’une prestation incroyable, centrée sur le leader Jello Biafra, Eric Reed Boucher de son vrai nom, qui affiche 52 printemps, un crâne quasi chauve, un ventre bedonnant… et une énergie à revendre, sans parler de sa voix si caractéristique qui n’a pas pris une ride. Il arrive sur scène dans une blouse blanche ensanglantée, probable référence au nom de son groupe actuel, the Guantanamo School of Medicine, qui assure derrière lui, puis l’ôte ensuite pour dévoiler une chemise taillée dans le drapeau américain. Musicalement, tout se ressemble un peu, il faut bien le reconnaître, mais les mimiques de Jello qui joue ses chansons comme le ferait un acteur de théâtre, tout en bondissant tel un cabri, valent à elles seules le détour. À l’applaudimètre, les bons vieux tubes California Über Alles et surtout Holiday In Cambodia raflent tous les suffrages, mais les morceaux récents ne dépareillent pas, et on s’éclate comme des malades (en tout cas, moi je m’éclate), tandis que tout le monde en prend pour son grade, y compris le gouvernement français. Normalement il ne devrait pas y avoir de rappel mais Biafra est malin, le groupe quitte la scène un peu plus tôt, puis revient en faisant semblant de s’être trompé dans l’estimation du temps de sa prestation. « Oh, I found a microphone », dira Jello en revenant pour notre plus grand plaisir. Ce n’est donc pas fini et, à la fois écroulée de rire et emplie de bonheur, je profite d’un dernier titre voté à main levée par le public parmi plusieurs propositions.

Après tout cela je peux rentrer chez moi heureuse, peu m’importe la façon dont se déroulera le dimanche, j’ai déjà eu mon quota de concerts parfaits. »



Paolo Giovanni Nutini, est un chanteur, auteur-compositeur écossais. Son père est d'origine italienne et sa mère est écossaise. Paolo Nutini est un chanteur qui a l'art de raconter une histoire dans ses chansons qui sont toutes écrites et composées par lui avec l'aide de Ken Nelson, Coldplay, Badly Drawn Boy, etc. Sa voix passionnante, originale, dynamique, ses chansons provocantes et mélancoliques, ses nombreux concerts et sa grande capacité à chanter en 'live' font de lui un chanteur à part entière.

(http://www.myspace.com/paolonutini)



Queens of the Stone Age est un groupe de rock américain fondé en1996 à Palm Desert, en Californie, après la dissolution du groupe Kyuss. Parfois classé stoner rock ou hard rock, Queens of the Stone Age est le groupe de Josh Homme, seul membre fondateur restant du groupe.

(http://www.myspace.com/queensofthestoneage)


Eric Reed Boucher, connu sous le pseudonyme de Jello Biafra, est un chanteur, activiste, politicien et militant écologiste dans le Colorado, aux États-Unis. Il est le fondateur et président du label musical Alternative Tentacles et l'ex-chanteur du groupe punk hardcore Dead Kennedys. Il est membre du Parti Vert des États-Unis. Il a été candidat aux primaires du Green Party en 2000, et a terminé quatrième aux élections municipales pour la mairie de San Francisco en 1979. Le nom de scène d'Eric Boucher renvoie à la marque Jell-O et au nom d'un pays appelé Biafra, qui a brièvement existé après avoir tenté de se séparer du Nigeria en 1966. Après quatre années de combats et une terrible famine, le Biafra a été réuni au Nigéria. Boucher a donc formé son nom de scène en opposant le nom d'une compagnie d'un produit alimentaire de piètre qualité à un autre nom évoquant une grande période de famine. Jello Biafra and the Guantanamo School of Medicine est un punk hardcore groupe mené par Jello Biafra . Ils ont sorti leur premier album, The Audacity of Hype en Octobre 2009.

(http://www.myspace.com/jellobiafraandthegsm)


    •    2006 : Last Request
    •    2006 : Jenny Don't Be Hasty
    •    2007 : New Shoes
    •    2007 : Rewind
    •    2009 : Candy
    •    2009 : Coming up easy
    •    2009 : Pencil full of lead'



•    Queens of the Stone Age (1998)
    •    Rated R (2000)
    •    Songs for the Deaf (2002)
    •    Lullabies to Paralyze (2005)
    •    Era Vulgaris (2007)


 

Avec Dead Kennedys
    •    Fresh Fruit for Rotting Vegetables - septembre 1980
    •    In God We Trust Inc. - décembre 1981
    •    Plastic Surgery Disasters - novembre 1982
    •    Frankenchrist - octobre 1985
    •    Bedtime for Democracy - novembre 1986

Spoken Word
    •    No More Cocoons - 1987
    •    High Priest of Harmful Matter − Tales From The Trial - 1989
    •    I Blow Minds For A Living - 1991
    •    Beyond The Valley Of The Gift Police - 1994
    •    If Evolution Is Outlawed, Only Outlaws Will Evolve - 1998
    •    Become The Media - 2000
    •    Machine Gun In The Clown's Hand - 2002
    •    In The Grip Of Official Treason - 2006

Jello Biafra & the Guantanamo School of Medicine
    •    Audacity of Hype - 2009







Paolo Nutini: Vocal
+ Band








Josh Homme – Guitar / Voice

Michael Schuman – Bass

Dean Fertita – Keyboards

Joe Castillo – Drums

Troy Van Leeuwen - Vocals/Guitar/Keyboard/Lap Steel








Ralph Spight (ex-Victims Family, Freak Accident) : Guitar
Kimo Ball (Freak Accident, Carneyball Johnson, Mol Triffid, Griddle): Guitar
Billy Gould (Faith No More) Bass
Jon Weiss (Sharkbait, Horsey) : Drums
Jello Biafra : Vocals








La Setlist du Concert
PAOLO NUTINI

Non Disponible

La durée du concert : 00h40



La Setlist du Concert
QUEENS OF THE STONE AGE


1.  Feel Good Hit of the Summer (Rated R - 2000)
2.  The Lost Art of Keeping a Secret (Rated R - 2000)
3.  3's & 7's (Era Vulgaris – 2007)
4.  Sick, Sick, Sick (Era Vulgaris – 2007)
5.  Misfit Love (Era Vulgaris – 2007)
6.  Monsters in the Parasol (Rated R - 2000)
7.  Burn the Witch (Lullabies To Paralyze- 2005)
8.  Long Slow Goodbye (Lullabies To Paralyze- 2005)
9.  Little Sister (Lullabies To Paralyze- 2005)
10.  I Think I Lost My Headache (Rated R - 2000)
11.  Go With the Flow (Song for the Deaf - 2002)
12.  No One Knows (Song for the Deaf - 2002)
13;  A Song for the Dead (Song for the Deaf - 2002)


La durée du concert : 01h02

 

La Setlist du Concert
JELLO BIAFRA & THE GUANTAMANO SCHOOL OF MEDICINE

Non Disponible

La durée du concert : 1h00
 

AFFICHE / PROMO / FLYER



























Aucun commentaire: